Le Lac de Serre-Ponçon

 

La Vallée de l’Ubaye

Le Lac de Serre-Ponçon

Le lac de Serre-Ponçon est la plus grande retenue d’eau en France avec 1.2 milliard de m3 d’eau. A une altitude de 780 m, ce lac artificiel est situé  dans le sud des Alpes françaises aux portes du Parc National du Mercantour et du Parc National des Ecrins. C’est un barrage construit pour dompter les crues torrentielles de la Durance, 2 km en aval de son confluent avec l’Ubaye qui a créé le lac. Il est le deuxième lac artificiel d’Europe par sa capacité (1,272 milliard de mètres cubes) et le troisième par sa superficie (28,2 km2, le lac est aussi vaste que celui d’Annecy).

 

Le lac se partage entre deux départements,

-          Les Hautes-Alpes, avec ses nombreux aménagements pour la navigation ou la baignade, avec des villages comme  Espinasses et  Rousset ou se situe le Barrage, en bordure du Bassin de compensation, et

-          Les Alpes de Haute-Provence plus sauvage avec sa cote plus découpée et plus abrupte ressemblant beaucoup aux côtes de la Corse, avec les villages de la Bréole à l’entrée de la Vallée de l’Ubaye et Saint-Vincent les Forts avec sa plage aménagée et ses parapentes dont le village domine le Lac de ses 1280m d’altitude.

 

Le lac de Serre-Ponçon est un petit paradis où vous pourrez pratiquer tous les sports d’eau, sous un climat provençal, avec des équipements adaptés et l’eau la plus pure. Les pêcheurs aussi peuvent profiter de cette immense étendue d’eau.

 

EDF s’efforce d’exploiter la retenue pour que son remplissage soit optimal au début de l’été. Le lac permet aussi le remplissage des Canadairs utilisés pour la lutte contre les feux de forêts malheureusement fréquents en période estivale.

 

 

L’historique du barrage

 

Se sont les crues dévastatrices, en 1843 et 1856 de la Durance, l’une des plus puissantes rivières torrentielles de France, avec 55% de ses eaux provenant de la fonte des neiges, qui ont conduit à des études de faisabilité d’un barrage. La trop grande perméabilité des sols a cependant nécessité d’attendre l’émergence de nouvelles techniques. Un ingénieur d’origine moscovite, Ivan Wilhem, propose plusieurs projets à partir de 1909.

 

Après la seconde guerre mondiale, EDF, société publique nouvellement créée, assuma la maîtrise d’ouvrage du projet, dont la maîtrise d’oeuvre fut confiée au bureau d’étude Coyne et Bellier. La très grande épaisseur de sédiments en fond de vallée interdisant de fonder un barrage-voûte, c’est un barrage en remblai qui est retenu. L’usine hydroélectrique eut pour architecte Jean de Mailly aidé de Jean Prouvé. Les travaux débutèrent en 1955. La mise en eau de la retenue s’effectua à partir de novembre 1959 pour s’achever en mai 1961. Environ 1500 personnes furent déplacées et leurs villages – Savines, Ubaye, Rousset – inondés. Le village de Savines fut reconstruit et le nouveau Savines-le-Lac inauguré en 1962. Le concepteur du barrage, André Coyne, entretemps décédé, n’a ainsi pas pu voir s’achever le plus haut barrage en remblai de France.

 

La mise en eau et l’évacuation des habitants inspirèrent en 1958 le film L’Eau vive de François Villiers, d’après un scénario de Jean Giono. La chanson éponyme « L’Eau vive », chantée par Guy Béart est devenue un classique de la chanson française.

 

Le lac de Serre-Ponçon est le troisième lac artificiel d’Europe par sa superficie, après le lac de l’Alqueva situé au Portugal et le lac du Der-Chantecoq situé dans la Marne et la Haute-Marne. Il est le deuxième lac artificiel d’Europe pour sa capacité.

 

Caractéristiques

 

Le barrage en remblai est large de 650 mètres à sa base. La crête, haute de 123 mètres, est large de 9,35 mètres et longue de 600 mètres1. On peut estimer son volume à 14 millions de mètres cubes, dont deux millions pour le noyau étanche. Il est conçu pour résister à une secousse de magnitude 7 sur l’échelle de Richter, et peut évacuer un débit de crue maximal de 3440 m3 par seconde (la crue du 14 juin 1957 culmine à 1700 m3/s).

Le bassin versant du lac est de 3 600 km2 et la capacité maximale de la retenue de 1,272 km3. L’altitude maximale du lac est de 780 mètres mais elle peut descendre à 722 mètres à l’étiage.

 

Construction

 

Les travaux commencent après creusement de deux galeries souterraines de 900 m de long et 10,5 m de diamètre, rive gauche, destinées à dévier la Durance durant les travaux (mises en œuvre le 29 mars 1957.

Le barrage lui-même est construit à partir d’avril 1957. Il comporte un noyau d’argile assurant son étanchéité. Il fut construit au rythme de 50 t d’argile et de 20 000 m³ de remblais par jour. Trois mille ouvriers travaillent sur le chantier, qui fonctionne de deux heures du matin à dix heures du soir (l’arrêt de quatre heures étant nécessaire pour l’entretien des machines). La fermeture des vannes est ordonnée le 16 novembre 1959, et le réservoir est finalement rempli le 18 mai 1961.

 

Le risque de rupture de barrage

 

Parce que le barrage de Serre-Ponçon retient l’un des plus vastes lacs artificiels d’Europe, l’éventualité de sa rupture fait courir un risque à toute la vallée de la Durance et jusqu’à la basse vallée du Rhône. Selon le type de rupture, l’onde de submersion de plusieurs mètres de haut recouvrirait toute la vallée de la Durance jusqu’à son confluent avec le Rhône, puis inonderait la basse vallée de celui-ci. Toute la Camargue serait recouverte d’eau, et Avignon inondée. L’onde refluerait aussi dans les vallées adjacentes : Luye, Buëch, Jabron, Vanson, Verdon, Bléone, et dans la vallée du Rhône sur une vingtaine de kilomètres en amont du confluent, sans être stoppée par l’usine-écluse d’Avignon.

 

Pour parer à ce risque, des inspections décennales ont lieu. Mi-septembre 1971, on utilisa la soucoupe plongeante de la Calypso, SP-350, pour inspecter le barrage sans devoir le vider. Cette inspection décennale d’un barrage sous eau à l’aide d’un sous-marin était une première mondiale. La soucoupe était pilotée par Albert Falco. 12 plongées d’une durée totale de 16 heures 30 furent effectuées.

 

Un ouvrage multi fonctions

 

Le lac a énormément changé le territoire alpin sur lequel il a été créé dans les années 1950. D’un territoire montagneux et rural, le lac de Serre-Ponçon a permis à la région de diversifier son offre touristique en proposant des activités nautiques l’été. Ainsi, les vacanciers peuvent profiter de la montagne et de la « mer » pendant leur séjour avec un temps ensoleillé sans être trop chaud, et une affluence bien inférieure à celle que l’on peut trouver sur la côte méditerranéenne . Bref, une région magnifique pour des vacances de rêve.

 

Le lac de Serre-Ponçon est aussi un ouvrage au service de la collectivité. C’est en effet l’une des centrales hydrauliques les plus puissantes de France avec 700 millions de KWh par an. Elle fait partie de l’ensemble Durance-Verdon qui regroupe 32 centrales hydrauliques et représente un potentiel de production de 7 milliards de Kwh.

19 de ces centrales sont pilotées à distance et permettent une réactivité extrêmement rapide aux variations de consommation en électricité et aux défaillances éventuelles du système électrique.

Tourisme et Patrimoine

Le Parc National du Mercantour

Nos partenaires

Cap France

OFFRES

INFORMATIONS